Comment réaliser un effet de filé ?

Indispensable pour photographier les sports mécaniques comme les Rallyes automobiles, la Formule 1, ou les championnats de Motocross, l’effet filé est la meilleure technique existante pour isoler un sujet en déplacement (moto, voiture) et lui donner une impression de dynamisme et de mouvement.

Sans cette technique les roues du véhicule seraient figées et le rendu final du cliché serait statique : une voiture de Rallye déboulant à 120km/h avec ses roues bloquées ? Irréaliste ! Pour obtenir cet effet filé, il suffit de provoquer un flou de mouvement en suivant le sujet dans votre viseur, couplé à une faible vitesse d’obturation (typiquement de 1/80 à 1/160). Cette technique a également pour avantage d’estomper en partie les arrières plans inesthétiques.

Championnat de Motocross – 1D MK IV – 153mm (IS en mode 2) – 1/100 – 100 ISO – f/6.3

Rallye d’Ypres – 1D MK III – 78mm (IS en mode 2) – 1/160 – 160 ISO – f/9

Le matériel : un monopode ou un téléobjectif stabilisé

L’utilisation d’un monopode, en plus de vous soulager du poids de votre matériel, permet de conserver un axe vertical constant. Le photographe peut ainsi se concentrer uniquement sur le déplacement horizontal du sujet.

Une longue focale est vivement recommandée si vous êtes débutant : un 70-200 ou un 300mm. L’usage d’un grand angle est possible, mais bien plus complexe à cause du changement de parallaxe lors du suivi du sujet. Un grand angle est également plus dangereux pour le photographe : pour obtenir une photo « plein pot », il est indispensable de s’approcher très près du sujet, à vos risques et périls s’il s’agit d’un Rallye…

Certains objectifs proposent un stabilisateur d’image : IS (Image Stabilizer) chez Canon, VR (Vibration Reduction) chez Nikon. Cette technologie fonctionne avec des capteurs situés à l’intérieur de l’objectif qui détectent et mesurent les vibrations mécaniques provoquées par le photographe. Le système compense ensuite ces vibrations en déplaçant un groupe de lentille qui stabilise l’image. Dans le cas qui nous intéresse : la réalisation d’un filé, seule la compensation des vibrations verticales doit être corrigée. C’est ce que fait notamment le mode 2 de l’IS des Objectifs Canon et que vous devez utiliser lors de vos prises de vue. Sur les objectifs Nikon VR, la détection du type de vibrations (horizontales ou verticales) est automatique en mode « Normal ».

Par ailleurs, l’usage d’un monopode et d’un stabilisateur d’image simultanément peut affoler les capteurs du système IS ou VR : le système ne détectant pas de vibrations venant du photographe, il se peut que le résultat soit pire qu’à main levée, notamment avec les objectifs ayant une courte focale. Il est donc indispensable la plupart du temps de couper l’IS ou le VR si vous utilisez un monopode ou un pied.

L’usage d’un monopode ou d’un objectif stabilisé facilite grandement l’obtention d’un joli filé.

Comment se placer par rapport au sujet ?

Pour augmenter vos chances de réussite, le lieu de prise de vue doit vous offrir un champ de vision de 180° permettant de voir venir le sujet et de commencer à le suivre dans votre viseur largement avant de déclencher. Idéalement, l’arrière-plan doit être constitué de spectateurs : c’est esthétique, cela montre l’importance de l’événement et surtout cela renforce l’effet de filé. En effet, si votre arrière-plan est constitué uniquement d’éléments horizontaux comme une glissière de sécurité ou une ligne blanche de signalisation, le filé sera très peu convaincant.

Comment régler son appareil ?

L’utilisation du mode Priorité à la vitesse (TV sur un Canon, S sur un Nikon) avec une vitesse d’obturation comprise entre 1/160 pour commencer et 1/60 : le grand minimum, mais plus la vitesse est basse, plus le filé sera impressionnant. Le hic étant que plus la vitesse est basse, plus le filé avec votre sujet parfaitement net est difficile à obtenir : dans le cas d’une vitesse faible, il faudra beaucoup de chance pour obtenir un bon résultat. Dans tous les cas, il y aura beaucoup de déchets, et sur une quinzaine d’images en rafale, seule deux ou trois seront parfaites. À vous d’expérimenter en fonction de la vitesse de déplacement du sujet.

La profondeur de champ est peu importante dans le cadre d’un filé, vous pouvez donc régler la sensibilité ISO de votre boitier sur une valeur très basse (100 ISO par exemple), de manière à obtenir idéalement une ouverture de f/8 ou plus en pleine journée : le piqué de votre optique, surtout si elle n’est pas très haut de gamme, sera ainsi très bon.

Les plus expérimentés pourront choisir le Mode Manuel, toujours avec une vitesse d’obturation comprise entre 1/60 et 1/160.

Une fois vos réglages terminés, vous devez « fusionner » avec votre matériel et pivoter au niveau de votre bassin pour suivre votre sujet, dès lors vous pouvez faire la mise au point automatique et une fois ce dernier situé à l’endroit idéal (présence de spectateurs en arrière-plan par exemple), il suffit d’appuyer sur le déclencheur tout en continuant votre rotation. Bingo c’est dans la boite !

Rallye d’Ypres – 1D MK III – 80mm (IS en mode 2) – 1/160 – 160 ISO – f/6.3

Rallye d’Ypres – 1D MK III – 200mm (IS en mode 2) – 1/125 – 160 ISO – f/10

Rallye d’Ypres – 1D MK III – 200mm (IS en mode 2) – 1/125 – 160 ISO – f/8

Pour terminer, si vous avez prévu d’assister à un rallye automobile pour y mettre en pratique la technique du filé, respectez scrupuleusement les consignes de sécurité et ne risquez pas votre vie inutilement en vous plaçant n’importe où sur le parcours des bolides pour obtenir « LE cliché ».