Quel ordinateur pour la photo ?

Clairement en 2015, n’importe quel ordinateur portable ou fixe récent, que ce soit un PC ou un Mac, peut convenir pour le traitement de vos images.
À une condition, toutefois : calibrer votre écran à l’aide d’une sonde pour visualiser une image neutre et sans dominante. Les différences entre une configuration à 300 ou à 3000 euros se feront sur la vitesse de déchargement des photos, sur la qualité et la taille de l’écran, sur la visualisation plus ou moins rapide des images les unes après les autres, sur la vitesse de traitement/retouche, et sur la rapidité à exporter des photos RAW en JPEG.

Un ordinateur portable Apple MacBook Pro avec un écran de 15″ et le logiciel de traitement de photos Aperture 3 (un peu plus de 60 euros).

Un ordinateur fixe ou portable ?

Pour un photographe professionnel, la question ne se pose pas : il a besoin des deux. Un ordinateur de bureau pour les retouches lourdes, le stockage, et les sauvegardes. Un ordinateur portable pour travailler lors des déplacements et être très réactif lors des reportages (transmission rapide des photos en 4G ou Wi-Fi).

Pour le photographe amateur, aucune obligation de résultat : le post-traitement peut se faire tranquillement à la maison sur un ordinateur fixe avec un grand écran. L’ordinateur fixe à l’avantage d’utiliser des composants offrant de meilleures performances à prix identique. Il est également beaucoup plus évolutif qu’un portable (changement de processeur, de la carte mère, du disque dur, de la mémoire RAM). D’un simple point de vue comptable, le choix d’un ordinateur de bureau est donc la solution la plus pertinente.
Un portable a bien sûr l’avantage de pouvoir être utilisé partout et d’être moins encombrant. Une histoire de goût donc !

Un Mac ou un PC ?

Si vous recherchez une machine configurable de A à Z et surtout le meilleur rapport puissance/prix, oubliez tout de suite Apple et ses prix astronomiques : un PC fera parfaitement l’affaire. Surtout que Microsoft a fait de gros efforts sur la stabilité et sur la simplicité d’utilisation de son OS avec l’arrivée de Windows 7 et 8. Si vous recherchez toutefois un ordinateur sobre et élégant en aluminium, une ergonomie bien pensée, l’absence de virus, et surtout le système Mac OS X : le Mac est fait pour vous.

Difficile de comparer de manière frontale un Mac et un PC : les caractéristiques ne sont pas vraiment les mêmes (sauf pour le processeur, la mémoire, le disque dur, la carte graphique). Apple a l’avantage de produire des machines jolies à regarder, fines et légères : ces différences se payent au prix fort. En y regardant de plus près, un PC portable élégant et avec des caractéristiques plus ou moins similaires à celle d’un MacBook Pro n’est pas beaucoup moins cher. Sachez toutefois qu’avec Apple, les écrans sont par défaut de type brillant et se transforment facilement en véritable miroir, à moins d’éloigner votre ordinateur des sources de lumière naturelle. La gamme phare d’Apple est l’iMac, un ordinateur fixe avec un écran brillant de 21 ou 27″ contenant tous les composants de l’ordinateur et sans option antireflet : l’iMac est à oublier donc pour faire de la retouche photo. Sur le MacBook Pro, bien que brillant, l’écran est bien visible même en plein soleil. C’est donc à mon sens le seul ordinateur portable Apple qui peut sérieusement être envisagé pour de la retouche photo. Dans une moindre mesure, un MacBook Air (11 ou 13″) peut également s’avérer sympa à utiliser : avec une excellente autonomie (9-10h) et de la légèreté au programme. Avec son disque SSD intégré, le MacBook Air est assez réactif même pour traiter de lourdes images RAW, seul l’export en JPEG est beaucoup plus long qu’avec un MacBook Pro et son processeur à 4 coeurs.

En machine de bureau Apple, le Mac Pro qui est plutôt réservé aux photographes professionnels s’utilise avec un écran séparé et est + ou – configurable (à partir de 2400 euros) : c’est une machine très puissante, notamment pour du montage vidéo. Le Mac Mini, une mini tour contenant un ou deux disques durs et qui se relie sur l’écran de votre choix reste beaucoup plus raisonnable (à partir de 600 euros). Comme vous pouvez le voir, le choix est plutôt restreint hélas.
Dans le monde des PC, c’est l’inverse : l’offre est pléthorique. Le photographe a le choix entre des milliers de configurations différentes. Idéal pour se construire un ordinateur sur mesure.

Le processeur

Le processeur (ou CPU : Central Processing Unit, c’est à dire Unité centrale de traitement) est le cerveau de l’ordinateur. Il exécute des opérations logiques contenues dans un logiciel (Photoshop, Lightroom, Aperture…). La rapidité du processeur est donc importante pour la performance globale de l’ordinateur et notamment pour le traitement de photos RAW.
Le nombre d’instructions qu’un processeur exécute en une seconde est exprimé en Giga Hertz (GHz). Un Giga signifiant milliard, un processeur cadencé à 3 GHz signifie qu’il peut exécuter 3 milliards d’instructions en une seconde. Cette donnée ne reflète toutefois pas forcément la puissance réelle d’un processeur : d’autres facteurs entrent en compte. Parmi ces facteurs, le plus important reste l’architecture du processeur, sa finesse de gravure, sa mémoire cache, et la vitesse de son bus.
Les logiciels de post-traitement tels que Lightroom, Aperture, ou Photoshop sont gourmands en ressources processeur. N’hésitez donc pas à choisir un processeur haut de gamme tel que la série Intel Core i7 (4 ou 6 cœurs).

Le disque dur

Le disque dur est un composant en partie mécanique stockant une grande quantité d’information et notamment l’OS (Mac OS X, Windows 7, Linux), mais également les données de l’utilisateur (photos, vidéos, fichiers .doc etc).
Pour les ordinateurs il y a deux formats de disques durs : 2.5″ conçu pour les ordinateurs portables (moins performants que les modèles 3.5″ mais plus compacts), et 3.5″ conçu pour les ordinateurs de bureaux. L’unité permettant de quantifier la capacité d’un disque dur est le Go (Giga Octet) ou le To (Téra Octet), sachant qu’un Go = 1024 Mo (Méga Octets) et qu’un To = 1024 Go, l’unité permettant de quantifier la quantité de mémoire est l’octet.

La rapidité d’un disque dur est déterminée par sa vitesse de rotation, exprimée en tours/min.
Plus la vitesse de rotation est grande et plus l’accès aux données sera rapide. Privilégiez les disques tournants à 7200 tr/min ou 10 000 tr/min : les performances de votre ordinateur seront améliorées ! Le temps d’accès est également important : plus il est faible mieux c’est. Il s’exprime en milliseconde (ms), un bon disque possède un temps d’accès de moins de 10 ms. Il s’agit du temps moyen dont a besoin la tête de lecture pour se positionner sur la piste adéquate et accéder aux données.

Pour un usage photo, un disque dur de 2 ou 4 To tournant à 7200tr/min est l’idéal. Il est également judicieux d’acquérir un second disque dur (interne ou externe), moins rapide (5400 tr/min), mais de capacité identique à votre disque dur principal pour réaliser des sauvegardes régulières. Bien sûr ce n’est pas une obligation, mais en cas de panne, vous serez bien content de pouvoir restaurer vos données et donc vos photos.

Le SSD

Dépourvu de pièce mécanique, un SSD (Solid-State Drive) fonctionne avec de la mémoire flash (grosso modo comme sur une carte mémoire). Il est donc silencieux moins sensible aux chocs, et moins gourmand en énergie.

Un SSD est également bien plus rapide pour lire ou écrire des données : le temps d’accès d’un SSD (0,01 ms) est en gros dix à quinze fois meilleur que sur un disque classique (un peu moins de 0,15 ms. L’usage d’un SSD a un effet immédiat sur la réactivité de l’ordinateur : les photos s’affichent de manière quasi instantanée, le système démarre beaucoup plus vite, et le lancement des applications est quasi immédiat. Le débit est également bien plus important : jusqu’à 500 Mo/s en lecture (250 Mo/s en écriture), contre une bonne centaine de Mo/s (en lecture et écriture) sur les meilleurs disques durs 7200tr/min. Cette différence de débit est très appréciable quand vous avez deux ou trois cartes de 16 Go à décharger, contenant au total plus 1500 photos RAW de 30 Mo.

Le hic ? Le prix ! Bien plus cher qu’un disque dur classique à capacité égale. Comptez environ 250 euros pour un SSD Intel de 160 Go, 500 euros pour 250 Go, et presque 1000 euros pour 600 Go. Sur un ordinateur fixe, il est plus raisonnable de mélanger les deux technologies : un SSD pour stocker le système et les logiciels, un disque dur de 2 ou 4 To (à 7200 tr/min) pour stocker vos photos, et un disque dur de 2 ou 4 To (à 5400tr/min) pour réaliser une sauvegarde régulière de vos données. Sur un ordinateur portable, il est vivement conseillé d’opter pour un SSD de 512 Go ou 1 To, et d’utiliser un disque dur externe classique pour stocker vos photos archivées.
Attention : Il est très difficile de revenir à un disque dur classique quand on a goûté à la rapidité d’un SSD !

Une configuration idéale : un SSD pour l’OS et les logiciels, un disque dur rapide pour stocker les photos (2 To, Western Digital Caviar black, 7200 tr/min), et un disque dur plus lent pour les sauvegardes (2 To, Western Digital Caviar Green, 5400 tr/min)

La mémoire RAM

La mémoire RAM permet d’écrire et de lire des données et est utilisée lorsque l’ordinateur est en fonction pour y stocker les programmes en cours d’exécution. Plus l’ordinateur possède de mémoire RAM, et plus il pourra exécuter de programmes en même temps.
En 2014, un ordinateur avec 8 Go de mémoire RAM est une bonne base de départ pour de la retouche photo.

Barrettes de mémoires RAM

La carte graphique

La puissance de la carte graphique a peu d’importance pour la retouche d’images.  L’achat d’une carte graphique haut de gamme est utile uniquement pour les adeptes des jeux vidéos 3D : jeux qui nécessitent de lourds calculs. Pour un photographe, une carte graphique d’entrée de gamme est largement suffisante. Pensez simplement à vérifier sa connectique (présence de deux sorties DVI ou Displayport) si vous souhaitez utiliser deux écrans simultanément. Il est également judicieux d’opter pour une carte à refroidissement passif, c’est à dire sans ventilateur : votre ordinateur sera plus silencieux. Dernier point : si vous allez utiliser un écran à très haute résolution (2560 x 1600) comme les 30″ d’Apple, LG, HP, ou Dell (ou certains 27″), il est indispensable d’avoir une connectique Displayport, ou DVI Dual-Link sur votre carte graphique.

Une carte graphique avec une sortie DVI Dual Link et une sortie Displayport. Il est ainsi possible d’y relier deux écrans.

L’écran LCD

Élément très important, le moniteur doit, une fois calibré par une sonde, délivrer l’image la plus neutre possible avec des couleurs cohérentes, des gris sans dominante, un bon traitement des hautes et basses lumières, et un bon contraste. Le choix d’un écran de 24, 27 ou 30″ (2560 x 1600 pixels, le pied !) est également pertinent pour traiter vos images de manières plus confortables. Deux marques se disputent le marché des écrans pour photographes et graphistes : Eizo ou LaCie, mais les prix sont élevés. Les constructeurs NEC, Asus, et HP sortent du lot pour les budgets moins importants. Un bon écran pour photographe est un écran mat avec une dalle IPS : les écrans brillants sont à évidemment fuir. Un bon écran doit couvrir au maximum l’espace colorimétrique Adobe RGB : 98 % pour un écran haut de gamme comme l’Eizo Coloredge CG245W par exemple.

Si l’on met de côté Eizo et LaCie qui restent inabordables pour la plupart, voici quelques références d’écrans : en 30″ le NEC MultiSync PA301w ou le HP ZR30W proposent d’excellentes performances pour un usage photo. De même que les deux 23″ Asus PA238Q et NEC EA232WMi, ainsi que le 24″ HP ZR2440W.

La sonde de calibration pour l’écran

Pour obtenir un rendu précis des couleurs sur votre écran, il est indispensable de l’étalonner avec une sonde colorimétrique. Cette opération prend moins de dix minutes et doit être renouvelée chaque trimestre au minimum. Une sonde d’entrée de gamme à moins de 100 euros est suffisante : une Colorvision Spyder 3 Express par exemple (compatible OS X 10.4 minimum, et Windows XP / Vista / 7).

Quel ordinateur choisir ?

Que vous choisissiez un PC ou un Mac, mettez le paquet sur le processeur, le SSD, et la qualité de l’écran. Pour la mémoire RAM, 4 Go est amplement suffisant. Une carte graphique d’entrée de gamme est également suffisante.

Le choix d’un Mac

Dans la gamme Apple, 4 ordinateurs peuvent convenir pour un photographe : le MacBook Air (seconde machine), le MacBook Pro (machine principale), le Mac Mini (machine de bureau) le Mac Pro (machine de bureau très onéreuse, réservée aux professionnels).

Modèle MacBook Air
MacBook Pro
Mac mini
Mac Pro
Écran 11.6″ (1366×768) ou 13″ (1440×900) 13″ (2560×1600) ou 15″ (2880×1800) à choisir séparément à choisir séparément
Cœurs /Processeur(s)
2 / Core i5 1.4 GHz ou Core i7 1.7 GHz 2 (13″) ou 4 (15″) / Core i5 2.4 à 2.8 GHz, et Core i7 2 à 2.6 GHz 2 / Core i5 2.5 GHz
4 / Core i7 2.3 ou 2.6 GHz
4 / Xeon E5 3.7 GHz
6 / Xeon E5 3.5 GHz
8 / Xeon E5 3 GHz
12 / Xeon E5 2.7 GHz
RAM 4 ou 8 Go 4, 8 ou 16 Go 4, 8, ou 16 Go 12 à 64 Go
Stockage SSD 128, 256 ou 512 Go SSD 128, 256, 512 Go ou 1 To SSD 256 Go ou disque dur classique de 500 Go ou 1 To SSD 512 Go ou 1 To
Connectique USB 3, Thunderbolt USB 3, Thunderbolt USB 3, Thunderbolt USB 3, Thunderbolt et HDMI (3 écrans externes)
Prix 900 à 1500 euros 1300 (13″) à 3300 euros (15″, i7 2.6 GHz, 16 Go de RAM, et SSD 1 To) de 600 (sans SSD) à 1400 euros (avec un core i7 2.6 GHz, 16 Go de RAM, 1 SSD de 256 Go) à partir de 3000 euros
Usage Autonomie record de 9 (11″) à 12h (13″). Traitement rapide des clichés JPEG en situation de mobilité. Le traitement de RAW est faisable, mais plus lent, notamment à l’export… Peu encombrant et léger. Le modèle 11.6″ propose une résolution d’écran suffisante pour vérifier la bonne netteté de vos images. Un bon choix si vous avez déjà un ordinateur de bureau. Traitement très rapide des clichés RAW ou JPEG en situation de mobilité. Bonne autonomie mais beaucoup plus lourd et encombrant qu’un MacBook Air. Malgré tout, c’est l’ordinateur que j’utilise pour travailler et il ne m’a jamais fait défaut. Comme sur le MBA, le clavier rétroéclairé est très pratique lorsqu’il faut travailler dans l’obscurité. Une solution intéressante pour ne pas se ruiner (quoique!) avec un Mac Pro et s’offrir l’écran de son choix. SSD en option mais indispensable pour une bonne réactivité des applications. Station de travail pour traitement des fichiers RAW et surtout le montage vidéo. On peut y relier trois écrans. Un peu surdimensionné pour le traitement de photos… Le choix d’un Mac Mini avec un écran externe ou d’un MacBook Pro reste une alternative beaucoup moins onéreuse et raisonnable.

L’iMac est volontairement absent de ce tableau, Apple ne proposant que des écrans brillants sans option antireflet comme sur les MacBook Pro.

Un ordinateur ultraportable, comme ici le MacBook Air d’Apple, a l’avantage d’être très compact et léger : pratique à ranger dans un sac photo.

Le choix d’un PC

Contrairement au Mac, le PC à l’avantage de la flexibilité : si vous faites le choix d’un PC fixe, il est judicieux de se construire une config sur mesure. Certains sites proposent à leurs clients de monter un PC sur mesure, c’est notamment le cas de materiel.net.

Modèle PC fixe d’entrée de gamme
PC fixe moyen de gamme
PC fixe haut de gamme
Processeur
Core i3 4360 (3.7 GHz, 2 coeurs, 22 nm), Intel Core i3-4150 (3.5 GHz, 2 coeurs, 22 nm), ou AMD FX 6350 (3.9 GHz, 6 coeurs, 32 nm) AMD FX 8350 (4 GHz, 8 coeurs, 32 nm) ou Intel Core i5-4460 (3.2 GHz, 4 coeurs, 22 nm) Core i7-4790K (4 GHz, 4 coeurs, 22 nm, socket 1150) ou Core i5-4690K (3.5 GHz, 4 coeurs, 22 nm, socket 1150)
RAM 8 Go 8 Go ou 16 Go  16 Go ou 32 Go
Stockage Disque dur Western Digital Caviar Black 2 To – 7200 tr/min Disque dur Western Digital Caviar Black 4 To – 7200 tr/min et SSD Intel 512 Go Disque dur classique 2 ou 4 To Western Digital Caviar Black – 7200 tr/min, disque dur plus lent (5400tr/min) de 2 ou 4 To Western Digital Caviar Green pour les sauvegardes, SSD Intel de 512 Go ou 1 To pour le système et les logiciels.
Connectique USB 3, HDMI USB 3, Displayport, Thunderbolt, HDMI USB 3, Displayport, Thunderbolt, HDMI
Prix moins de 700 euros  entre 700 et 1500 euros à partir de 1500 euros

Monter un PC de A à Z reste complexe pour un novice (notamment sur le choix de la carte mère, du boitier, de l’alimentation), il est prudent de demander l’avis de spécialistes sur les forums avant de commencer à acheter les composants de votre futur PC.

En ordinateur portable PC, les gammes de Dell Precision (station de travail mobile), Latitude 2120 (ultra-portable 10″), et Vostro 131 (13″) sont une bonne base de départ (SSD en option). La gamme Sony VAIO Z21 est également parfaite pour le post-traitement de vos images en déplacement (moins de 1.2 kg, 13″, SSD, écran antireflet, Core i5, USB 3). La série 900X3A de Samsung est également un choix pertinent.

Suivez-moi également sur Twitter