Comment calibrer un écran d’ordinateur ?

Calibrer son écran est une étape primordiale pour que le post-traitement de vos images se fasse dans les meilleures conditions. Comment ajuster de manière pertinente le contraste, la balance des blancs ou la saturation d’un cliché si votre écran affiche par défaut de mauvaises couleurs ? C’est bien sûr impossible ! Il faut donc calibrer l’écran à l’aide d’une sonde pour obtenir un profil ICC (International Color Consortium). Ce profil ICC est un fichier (format .icc) qui caractérise le moniteur : il convertit les couleurs de l’espace colorimétrique de l’écran par défaut vers un espace colorimétrique normalisé (L*a*b*) et couvrant le spectre visible par nos yeux de manière à obtenir un rendu neutre. Calibrer un écran consiste donc à caractériser un écran en repérant ses défauts : par exemple si on lui demande d’afficher du blanc (RVB 255 255 255) et qu’il affiche un blanc qui tire sur le jaune (RVB 254 251 235), le profil ICC va prendre en compte se défaut et indiquer à la puce graphique qu’il faut effectuer une correction pour que le blanc affiché soit réellement blanc.
Vous comprenez désormais pourquoi calibrer un écran est indispensable pour un photographe : par chance, le prix d’une sonde est désormais très accessible. À partir de 80 euros pour une Spyder 4 Express et environ 140 euros pour la performante Spyder 4 Pro.

Une sonde Spyder4 Pro

Étalonner son écran avec une sonde Colorvision Spyder 4 Pro

Avant de commencer l’étalonnage, il est nécessaire d’allumer l’ordinateur une trentaine de minutes pour que l’écran soit mis en température et donc stable. Vérifiez également qu’une source lumineuse (lampes, fenêtre ensoleillée) n’éclaire pas l’écran afin de ne pas fausser les mesures de la sonde.
Une sonde, ici la Spyder 4, est toujours livrée avec son logiciel. Que l’on choisisse la Spyder4 Express, Pro, ou élite : la sonde est identique, seul le logiciel change en proposant des options plus poussées. Pour un photographe, le meilleur rapport efficacité/prix est la Spyder 4 Pro : le logiciel fourni avec, Spyder4Pro est très efficace.
Une fois lancée, le logiciel propose de sélectionner le type d’écran LCD, CRT (cathodique), ou ordinateur portable (LCD).

Deuxième étape, la sélection des valeurs cibles : le gamma (2.2), le point blanc (6500K), la luminosité (natif), et la prise en compte de la lumière ambiante. Le gamma (qui est grosso modo le facteur de contraste d’un écran) permet de corriger la non-linéarité de la luminosité d’un écran (cd/m2) par rapport à l’amplitude de la luminance (en volts). En effet si on applique une tension de 0.25 volt puis une tension de 0.5 volt, on n’obtient pas une luminance double : cette non-proportionnalité est définie par le gamma. Historiquement, le gamma était de 1.8 sur les écrans Mac et 2.2 sur les écrans PC : une image créée sur un PC apparaissait plus claire et moins contrastée sur l’écran d’un Mac. Mais depuis l’arrivée de Mac OS 10.6 (Snow Léopard), Apple fixe par défaut le gamma à 2.2. Que vous soyez sous Mac ou PC, il est donc conseillé de choisir une valeur de 2.2 : c’est le gamma moyen de la plupart des écrans LCD.
Troisième étape : on place la sonde à l’endroit indiqué sur l’écran. Pendant quelques minutes, le logiciel affiche des couleurs de références pour mesurer les défauts de l’écran.

Pour commencer l'étalonnage, il suffit de positionner délicatement la sonde sur l'écran.

Quatrième et dernière étape : l’enregistrement du profil ICC et le choix de la période d’étalonnage : deux semaines par défaut, c’est beaucoup ! Un étalonnage par mois est un bon compromis : l’opération prend quand même une dizaine de minutes.

Le calibrage est terminé, le logiciel propose de visualiser la différence.

Étalonnage : avant/après

Ci-dessous, étalonnage d’un Mac « MacBook Pro » avec écran IPS HD et antireflet de 15″ et tournant sous Mac OS 10.7.

Mac avant étalonnage

Mac après étalonnage

Le logiciel propose de comparer l'écran calibré à d'autres espaces (sRVB, Adobe 1998, NTSC) : le MacBook Pro couvre 96% de l'espace colorimétrique sRVB.

Ci-dessous, étalonnage d’un PC HP « Probook » avec écran TN antireflet de 13″ et tournant sous Windows 7 Professionnel.

PC avant étalonnage

PC après étalonnage

L'écran TN calibré d'un PC HP Probook couvre à peine 58% de l'espace colorimétrique sRVB, contre 96% pour la dalle IPS d'un MacBook Pro d'Apple. La plupart du temps, les dalles d'entrée de gamme (comme sur ce PC HP) n’ont pas un gamut suffisant pour reproduire le standard sRGB.

Conclusion

L’étalonnage avec une sonde permet d’annuler les dominantes de couleurs pour corriger les défauts de l’écran, d’ajuster la luminosité, le point blanc, le point noir, le contraste, la température de couleur et d’élargir la gamme de couleurs pour s’approcher le plus possible du standard sRGB. Une opération incontournable et obligatoire pour traiter vos clichés avec précision et professionnalisme.
Désormais une sonde se trouve dans le commerce dès 80 euros, une somme qui reste très raisonnable par rapport au prix d’un bon boitier et de bons objectifs : il serait dommage de négliger cet aspect du post-traitement.