Cyril Bruneau, Photographe (freelance)

Cyril Bruneau, Photographe et retoucheur professionnel.

Peux-tu te présenter en quelques mots ? Quels sont ton métier et ta spécialité ?

Je suis photographe professionnel depuis plus de 15 ans, je travaille dans la photographie pour entreprises. J’ai une spécialité dans la retouche et le photomontage, ce qui fait qu’on m’appelle souvent pour des photographies un peu compliquées à réaliser.

Quel a été ton parcours pour devenir photographe ?

Je fais de la photographie depuis que j’ai 6 ans. Après mon bac j’ai fait une école de photo en Belgique pendant 3 ans et puis j’ai été assistant photo et parallèlement je développais mon activité de photographe. C’est assez classique comme parcours !

Quel matériel utilises-tu pour la prise de vue ?

Ça dépend de ce que je fais. Mais le plus souvent, j’ai un boitier plein format Canon 1DS Mark III et des flashs Broncolor. En optique : un 24-70 2.8 L, un 70-200 2.8 L IS, un 50 1.4, un 85 1.2 L, un 17-40 4 L, et un 100-400 L.

Quels sont tes deux objectifs favoris et pourquoi ?

C’est pareil, ça dépend de ce que je fais. Ceux que j’utilise le plus sont le 24-70 2.8 et le 70-200 2.8 IS de chez Canon. J’aime beaucoup le 50mm 1,4. J’adore cette focale et j’adore ses flous. J’aime bien le rendu du 85 mm, mais je trouve son autofocus trop galère.

Quel est le cliché ou la publication dont tu es le plus fier ?

Avoir des publications ici ou là même lorsque c’est prestigieux ce n’est pas ce qui me fait le plus vibrer. Ce que j’aime c’est ce petit moment où on déclenche et on sait que l’on a LA photo. Les clichés dont je suis le plus fier se trouvent le plus souvent dans mes clichés perso.

Tes spécialités « corporate » et « retouche » semblent beaucoup moins évidentes techniquement que d’autres secteurs de la photographie : je pense notamment à la photographie sociale. Sans parler du gros carnet d’adresses indispensable pour t’ouvrir les portes de prestigieux clients. D’une certaine manière, est-ce que cette barrière technique et relationnelle te met à l’abri de la concurrence « facile » ?

Il y a beaucoup de concurrence dans la photographie pour entreprise, et les entreprises ne font pas de sentiments quand elles doivent faire des économies, la ligne photographies dans le budget est souvent une des premières à sauter. C’est vrai que la technique est importante et il faut savoir s’adapter à des contextes et des situations qui ne se ressemblent pas.

As-tu un accessoire ou une trouvaille qui t’est indispensable lors de tes reportages ?

Mes yeux !

Fixes-tu des limites à la retouche d’une image ? Est-ce qu’à un moment ou un autre, ton éthique entre en jeu ?

Pour retoucher un visage, j’aime que ça reste naturel et pratiquement invisible même s’il y a un énorme travail derrière. Parfois le client veut aller plus loin, je trouve personnellement que c’est trop, mais le client est roi.

Tu es l’auteur de nombreux ouvrages, comment t’es venu l’idée ou l’envie de passer de la photographie à la rédaction ?

Vraiment par hasard, on m’avait fait la proposition de participer à un livre avec beaucoup d’auteurs. J’ai accepté, j’adore faire des trucs que je n’ai jamais faits avant. Je me souviens à l’époque où j’ai commencé la retouche, il n’y avait pas beaucoup de livres sur le sujet. J’ai eu envie de faire le livre que j’aurais aimé trouver quand j’ai commencé.
NDLR : Cyril est notamment l’auteur de Débuter avec Photoshop CS4, Retouches photo avec Photoshop, et Photoshop Elements : Spécial débutants.

Concernant le post-traitement de tes images, avec quel ordinateur et avec quel (s) logiciel (s) travailles-tu ?

Je travaille avec Lightroom et Photoshop sur un Mac Pro. J’ai 2 écrans : un 24″ et un Apple 30″, calibré avec une sonde Color Munki.

Es-tu un adepte de la photographie aérienne via drone ou hélicoptère télécommandé embarquant un boitier ?

Oui je le fais avec un hélicoptère, c’est génial !!
Un hélicoptère télécommandé offre flexibilité et maniabilité. Il permet d’embarquer un appareil photographique professionnel comme le Canon 5D Mark II. Le rendu est donc excellent.

Est-ce que n’importe quel photographe peut faire de même ou faut-il une licence spécifique ou une autorisation officielle ?

Piloter un hélicoptère est facile, un drone un peu plus. Il faut pouvoir l’acheter et savoir comment l’entretenir. C’est moins évident que ça en à l’air. Il faut des autorisations selon l’endroit où on l’utilise.

Quel est d’après toi l’avenir de la photographie professionnelle ?

La photographie professionnelle est un métier qui ne cesse de bouger et évoluer il faut s’adapter en permanence. Je pense qu’à l’avenir il y aura de plus en plus de vidéo

Quel est ton sac favori et pourquoi ?

J’aime bien la valise Think Thank Airport Take off. Elle roule, elle est discrète et très bien faite!
Et quand j’ai besoin d’un sac à dos j’aime le Lowepro Fastpack : un sac à dos assez maniable avec un accès facile et rapide aux objectifs.

Et pour terminer, as-tu un site internet ? Comment l’as-tu conçu ? Que t’apporte-t-il ?

http://www.cyrilbruneau.com
Je l’ai fait moi même comme j’ai pu et il me sert notamment de book. C’est pratique.