Arnaud Feraille, Photographe (auto-entrepreneur)

Peux-tu te présenter en quelques mots ? Quels sont ton métier et ta spécialité ?

Passionné de photo depuis une petite quinzaine d’années, j’exerce en tant qu’auto-entrepreneur l’activité de photographe sur Mouvaux, Lille, et le Nord-Pas-de-Calais en général.
Je suis spécialisé dans le reportage. Le reportage de mariage représente mon activité principale, le reportage sur évènements divers ainsi que la photo d’objets destinée aux web-galeries et aux catalogues fait également partie de mon domaine d’activité. Je pratique pour mon plaisir un peu de photo studio. Un service de retouches en ligne est également disponible sur mon site.
Ma pratique assidue de divers logiciels comme Photoshop, Lightroom, Noiseware, etc. viennent compléter ma passion pour la photo en me permettant d’affiner le post-traitement et d’obtenir sur mes images les effets et rendus désirés.

Quel a été ton parcours pour devenir reporter-photographe ?

Arnaud est spécialiste de la photo de mariage.

Gâchant de la pellicule avec un petit appareil argentique devant la cathédrale St jean à Lyon lors de la fête des Lumières, j’ai été interpellé par un photographe qui m’a expliqué que pour faire de la photo de nuit, il faut un certain temps de pose couplé à une ouverture de diaphragme, qu’un trépied était nécessaire, etc. la semaine suivante j’achetais mon premier reflex argentique avec un bouquin explicatif et me voilà lancé. Un peu bloqué par le tarif des pellicules, je suis passé un an plus tard au numérique et j’ai appris à exploiter les données exifs afin d’examiner les conditions de prises de vues de chaque image afin d’en tirer profit et de me perfectionner. Quelques années après, mon premier boîtier semi-pro (canon 30D) me mis en confiance et me poussa à demander accès et accréditations diverses afin d’exercer ma passion encore un peu plus. Puis est arrivé le jour où la série des 1D m’est devenue accessible et me voilà aujourd’hui avec des boîtiers qui me ravissent.

Quel matériel utilises-tu pour la prise de vue ?

J’ai toujours mon vieux Canon 30D dans une sacoche, mais je pratique aujourd’hui avec :
un Canon 1D mark II pour le reportage évènementiel extérieur type sport, etc., 1Ds mark II (plein format) pour le reportage polyvalent comme le mariage notamment. J’ai pour ce qui concerne les optiques, Canon 24-105mm f4 L IS, 70-200mm L f2.8, 50mm 1.2, et fish-eye 8mm.
Je dispose également d’une table de prise de vue pour objets, de deux torches continues, de deux flashs sur batterie pour un usage studio intérieur et extérieur, de diverses boites à lumières, bol beauté et snoot afin de pouvoir modeler mes éclairages comme je le veux.

Quels sont tes deux objectifs favoris et pourquoi ?

Mes deux objectifs favoris sont le 24-105 et le 70-200 2.8 pour la plage de zoom couverte en reportage qui est importante, avec une préférence pour le 70-200 qui est très lumineux, qui accroche bien en faible lumière et qui à un très beau bokeh.

Quelles sont les difficultés liées à la photo de mariage ?

La grande difficulté est que tous les types de prises de vues sont rassemblés sur une journée.
Il y a l’éclairage ultra artificiel des coiffeurs et instituts, l’éclairage souvent faible et naturel des chambres pour les habillages, l’éclairage dur du soleil de début d’après-midi en été pour les portraits de parc, la froideur et la distance avec les sujets dans l’église.
La proximité et les cadrages serrés afin de tronquer les éléments gênants des coiffeurs, les cadrages d’ambiance dans des lieux qui ne s’y prêtent pas toujours pour l’habillage, des sujets qui bougent souvent vite lors d’une entrée d’église ou d’un échange d’alliances à savoir figer dans la pénombre. Le tout avec une obligation de résultat irréprochable. Le droit à l’erreur est nul, la concentration et la prise en compte de la responsabilité qui m’est confiée sont primordiales.

Quel conseil pourrais-tu donner à un photographe amateur qui désire couvrir le mariage d’un proche ?

J’en reviendrais toujours à tout ce que je viens de raconter, les difficultés sont très présentes et l’obligation de résultat est primordiale. Il s’agit réellement d’une activité particulière pour laquelle de l’expérience qui ne se réduit pas uniquement à la maîtrise de la photo est nécessaire.
Je lui conseillerais donc de le couvrir en double avec un pro afin de pouvoir voir et lui demander certaines astuces. Les déplacements dans l’église, le profil à choisir pour photographier le ou la mariée afin de faciliter les mises en pages ultérieures, certains accessoires comme un drap pour protéger la robe de la mariée lors des portraits assis dans le parc, etc. tout cela n’est pas le fruit du hasard et résulte d’années de pratiques.

Concernant le post-traitement de tes images, avec quel ordinateur et avec quel (s) logiciel (s) travailles-tu ?

Je travaille sur un portable qui est dédié à cela. Il est couplé avec un écran externe flatron à LED et dalle IPS afin d’avoir un rendu de qualité des images. Écran calibré avec une sonde spyder.
Les logiciels sont comme beaucoup : Digital Photo Pro de canon pour dérawtiser et effectuer quelques premiers traitements. Lightroom pour les traitements plus poussés, Photoshop pour les retouches, montages, créations de livre albums de mariage, etc.. Un petit passage dans lnoiseware afin d’alléger mes images en supprimant bruit numérique et autre, et un passage par antrenamer afin de renommer, ajouter des préfixes, incrémenter mes fichiers et en faciliter le classement.
Je travaille sur mon portable d’où je copie les dossiers vers un serveur NAS.
Ce serveur NAS est copié sur une ancienne tour, qui elle, peut être scannée en ligne par un hébergeur de donnée qui stock en quantité illimitée afin qu’en cas de plantage total, d’incendie ou autre, tout soit sauvegardé hors de mon domicile.

RAW ou JPEG ?

RAW sans hésitation… pour la flexibilité au niveau du post-traitement, car en reportage mariage je ne peux faire une balance des blancs manuelle, car les lieux et les éclairages changent sans arrêt…

As-tu une technique particulière pour photographier un mariage sous la pluie ?

Un mariage sous la pluie revêt une ambiance toute particulière et souvent plus intimiste, il faut juste savoir en tirer parti. L’aspect plus feutré, plus intime crée par un parapluie abritant les maries, les gestes et postures adoptées par des invités qui courent entre leurs voitures et l’église, les vestes qui se retrouvent à couvrir les têtes des convives au lieu de rester sagement sur leurs épaules sont des scènes propres au temps pluvieux, il y à toujours de superbes choses à faire.
Une auberge-restaurant, une grange, un garage automobile, un fleuriste, un centre de spa, le hall d’une belle mairie, une gare, il y a mille lieux permettant de sauver une séance de portraits. Et puis ici dans le nord il est si rare qu’il pleuve qu’on ne pense pas à tout cela…

Est-ce que tu gardes parfois des contacts avec les couples passés sous ton viseur ?

Je suis très souvent averti des naissances ou des évènements qui suivent, de petites nouvelles sont souvent prises ou données par Facebook. Certains couples tiennent effectivement une place particulière suite aux rapports tissés avec eux lors de leur mariage. D’ailleurs l’un d’eux vient bientôt boire l’apéro chez nous pour Noël…

Sur cette image il y a un lissage du bruit, un traitement du contraste et de la netteté, puis l

La photographie de mariage est souvent une activité « alimentaire » aux yeux de la plupart des photographes, qu’en penses-tu ?

Les difficultés dont je viens de parler doivent faire comprendre qu’une technique et une maîtrise parfaite de tous les paramètres de ses boitiers sont indispensables. Le traitement et la mise en page d’albums et de livre albums fait également partie de l’activité et ce sont des dons artistiques qui ne sont pas donnés à tous le monde. La convivialité, savoir anticiper les besoins et les attentes des mariés, la proximité que nous avons avec eux ce jour-là, la vision privilégiée du plus beau jour de leur vie, les confidences, le pouvoir de les rassurer ou de les détendre par un sourire ou une phrase gentille, les liens tissés avec eux sont pour moi des choses qui se renouvellent à chaque reportage et qui font qu’ils sont tous uniques et me procurent beaucoup de plaisirs.

Quel est ton sac favori ?

Mon sac favori est une banane Lowepro Orion II qui me permet d’avoir mes optiques à portée de main et de ne pas avoir à déposer un sac et à l’ouvrir.

Dernier sujet, as-tu un site internet ? Comment l’as-tu conçu ? Que t’apporte-t-il ?

Oui, mon site est http://www.arnaudferaille.fr, je l’administre moi-même et je l’ai créé à l’aide du logiciel webplusx2. Il m’apporte tout d’abord une visibilité et une vitrine indispensable dans notre domaine d’activité et me permet également de mettre en ligne sur des galeries privatives les photos de mes mariés qui les ont du coup à portée de main où qu’ils se trouvent.