Photographie aérienne avec un drone Dji Phantom

Imaginez ne serait-ce que quelques secondes, les possibilités infinies et originales de cadrage si vous pouviez vous envoler avec votre appareil photo ? Impossible hélas ! Et bien qu’à cela ne tienne : utilisons un drone, son appareil photo embarqué, et sa télécommande RF !

JBA_1705

De trois cents à plusieurs dizaines de milliers d’euros, du simple « jouet » télécommandé à la prise de vue professionnelle pour le septième art, la gamme de drones photos/vidéos est désormais très étendue. Chez les photographes, une variété de modèles très maniables cartonne depuis quelques mois. Il s’agit des Phantom RTF (569 euros, prix catalogue, mais on le trouve facilement à 420 euros) et Phantom 2 Vision (999 euros).
Une fois le train d’atterrissage fixé, et les 4 hélices en place (attention au sens de rotation d’ailleurs, si une des hélices est à l’envers, le drone ne décollera pas), le Phantom est prêt à voler jusqu’à 150m d’altitude et dans un rayon de 300m pendant 10 à 25 minutes avec une batterie Lipo (environ 30 euros pour le RTF, et 120 euros pour le Phantom 2)
Le constructeur a intégré un système d’auto-pilotage GPS pour offrir à ses drones une bonne stabilité en vol stationnaire. La fonction « Return to home » rassurera d’ailleurs les débutants : si vous dépassez la zone de portée, le drone reviendra automatiquement au point de décollage. La coque moulée en ABS protège efficacement le drone : il n’a pas peur des chutes ni de finir dans un arbre !

La version RTF peut embarquer une caméra Go Pro : on vole et on cadre à l’aveugle puisqu’aucun retour d’image n’est disponible. Le Phantom 2 Vision, évolution haut de gamme de la première du nom, embarque une caméra intégrée (vidéo en HD 1080p et photo 14 mégapixels) et propose surtout un retour d’image via une application pour smartphone et un répétiteur WiFi qui amplifie le signal radio (la portée du WiFi par défaut étant bien trop faible).
Une solution très séduisante sur le papier, d’autant que la caméra du Phantom 2 est motorisée sur l’axe vertical (tilt) et protégée contre les vibrations.
Mais contrairement au Phantom RTF qui peut embarquer une Go Pro et ses futures évolutions, il sera difficile d’améliorer l’image du Phantom 2 Vision malgré les progrès technologiques à venir liés à la qualité du capteur des caméras… comme d’habitude, tout est histoire de compromis !

La caméra embarquée, ici une Go Pro 3
La caméra embarquée, ici une Go Pro 3

Si la photo aérienne devient une passion au fil du temps, une troisième voie s’offre à vous, à condition de sortir le fer à souder et la bobine d’étain. Il est en effet possible de démonter très facilement le Phantom RTF (quelques vis) pour y ajouter un émetteur vidéo relié directement à la Go Pro. Une opération qui se résume au passage du câble vers la caméra et à la soudure des deux câbles d’alimentation sur la carte mère du drone. Comptez environ 300 euros pour l’achat d’un émetteur et d’un moniteur/récepteur avec écran LCD de 7 pouces, en vente sur la plupart des sites de modélisme. C’est la solution idéale, mais elle a un coût : Phantom RTF (569 euros), Go Pro (220 à 450 euros), et transmission vidéo (300 euros).

JBA_1706
Après avoir enlevé quelques vis, on accède très facilement à la partie électronique du Phantom.

Pour les plus téméraires, des nacelles stabilisées sur deux ou trois axes sont également disponibles pour obtenir des vidéos très fluides en vol, mais ajoutez encore quelques centaines d’euros à la facture finale !
Malgré le prix qui grimpe dans ce cas aux environs de 1500 euros, ce type de drone reste plus ou moins un « jouet ». La qualité de l’image reste limitée par le capteur minuscule de la caméra embarquée, surtout en absence de soleil ou de nuit. Pour un résultat vraiment professionnel, il est indispensable de passer au drone capable d’embarquer un réflex numérique, et là on n’est plus du tout dans la même gamme de prix ni dans le même niveau de compétences…

Avec une batterie LIPO, l'autonomie en vol est d'environ 10 à 15 minutes sur le RF, et de 20 à 25 minutes sur le Phantom 2.
Avec une batterie LIPO, l’autonomie en vol sur le drone RTF est d’environ 10 à 15 minutes.

Comparatif

Drone Phantom RTF
Phantom 2 Vision
Autonomie en vol de 10 à 15 minutes
(batterie 2200 mAh)
de 20 à 25 minutes
(batterie 5200 mAh)
Poids 880g avec Go Pro 1160g
Caméra Support pour fixer une Go Pro (non fournie) Caméra intégrée, vidéo en HD 1080p et photo de 14 Mégapixels (objectif à ouverture f/2.8)
Retour image Non Oui, via répétiteur Wi-Fi fourni et via une application pour smartphone (iOS ou Android)
Transmetteur
2.4 GHz 5.8 GHz
Hélices
8″ 9″
Prix 569 euro (sans compter le prix d’une Go Pro, de 220 à 450 euros) 999 euros

Attention à la réglementation (France)

Pour terminer, sachez que la réglementation très stricte et le bon sens interdisent de survoler les foules et les zones peuplées avec votre drone : soyez donc très prudent, responsable, et rapprochez vous d’un club d’aéromodélisme pour vous initier. Tout usage professionnel est d’ailleurs interdit avec un drone DJI Phantom en France, puisqu’il n’est pas homologable…

Johan BEN AZZOUZ